Vie quotidienne

Immobilier bisontin : « Les acquéreurs raisonnent plus en terme de budget qu’en prix au m2 »

Nous avons rencontré un agent immobilier installé sur le marché bisontin depuis 25 ans pour recueillir ses impressions.

Quelle évolution constatez-vous sur le marché de l’immobilier ?

Le marché s’est assaini depuis la forte baisse notée en 2011 et 2012. Désormais, il est correctement actif. Nous notons que les acheteurs sont très exigeants : ils ont plus de choix et comparent davantage les offres avant de se lancer.

Quels changements observez-vous depuis que vous avez commencé votre activité il y a 25 ans ?

Le marché de l’immobilier évolue et se plie aux envies des acheteurs. Les acquéreurs raisonnent plus en terme de budget qu’en prix au m2. Ils consacrent une enveloppe globale pour leur achat et font attention aux détails, comme le montant des charges annuelles et des impôts locaux.
Les transactions s’articulent autour des T3 et T4. Il y a quelques années encore, les maisons avec de grands espaces intérieurs et extérieurs étaient particulièrement prisées, alors que maintenant, ce sont les petites maisons qui ont du succès. Avec un terrain plus petit, elles nécessitent moins d’entretien. Idem pour la surface habitable. Les taxes et les dépenses énergétiques pèsent sur le budget d’un ménage.

Quel quartier est le plus attractif à Besançon ?

Nous constatons que la tendance du marché immobilier bisontin n’est pas à l’éloignement de la ville. Les acheteurs réfléchissent au temps de trajet et aux coûts que cela engendre, surtout avec l’augmentation du prix des carburants. Ils privilégient donc un secteur relativement proche de leur lieu de travail. La plupart des ventes sont réalisées dans le secteur du centre-ville. Le quartier des Chaprais offre un bon compromis entre proximité du cœur de ville et prix attractifs.

Tags: 00